Conseils et astuces des Frères Tchekhov #2

Normalement, si vous avez bien pris en compte tous les conseils cités sur la première page, vous devriez pouvoir vous sortir de quasi toutes les situations, avec des chronos plus que corrects 🙂

Ici, nous allons parler plus en détails de petites techniques pour gagner du temps et améliorer la performance de votre équipe.

 

  • connaissez les forces et les faiblesses de vos coéquipiers: certes, il est difficile au début d’avoir ces connaissances, donc nous vous encourageons à jouer un maximum d’escape games avec des joueurs/profils variés. Repérez les personnes avec qui vous vous sentez le mieux dans un premier temps, car la personnalité et surtout l’alchimie est un point fondamental au bon fonctionnement d’une équipe. Puis ensuite, faites votre introspection, forts de votre expérience après +10 escape games. Vous devriez être en mesure de savoir si vous êtes plutôt un maniaque de la fouille, une bête en raisonnement logique, un as des mécanismes et des casse-têtes, un couteau suisse polyvalent, capable d’aider sur toutes les situations selon les besoins à un instant T, ou un leader qui saura motiver les troupes, répartir les équipiers en fonction des épreuves qu’ils vont rencontrer.
  • Une équipe comprenant 4 joueurs pourrait donc très bien remplir tous ces critères et fonctionner à merveille! Il est inutile d’être trop nombreux en règle générale: on pourrait se laisser croire qu’avec plus de cerveaux on aurait plus de chances de trouver la bonne réponse! Ce n’est pas faux en théorie…mais lorsqu’on est trop nombreux, on risque de se marcher dessus, de ne pas vraiment savoir quoi faire parce que tout le monde part dans tous les sens, ca parle beaucoup, on ne s’entend plus. A vous de voir 🙂
  • Une fois que vous aurez trouvé votre dream team, rodez vos automatismes, et cela passe par la pratique, tout simplement 🙂 Vous devriez avoir une progression constante au fur et à mesure des escape games, jusqu’à trouver un rythme de croisière!

 

  • Soyez organisé et méticuleux: en rentrant dans une pièce, désignez tout de suite un endroit où vous disposerez les éléments pertinents que vous aurez trouvé par la fouille et qui servent potentiellement à la résolution d’énigme, et un autre endroit à l’écart pour tous les objets ayant servi (en général, chaque indice ne sert qu’une fois), cela peut être, par exemple, près de la porte de sortie.
  • En parlant d’éléments pertinents dans une pièce: ayez le réflexe de penser au « fusil de Tchekhov ». Cette expression est tirée d’un principe dramaturgique qui stipule que si dans le premier acte d’une pièce de théâtre on met en évidence un fusil accroché à un mur, alors il faut absolument qu’un coup de feu soit tiré au second ou au troisième acte. S’il n’est pas destiné à être utilisé, alors il n’a rien à faire ici. La transposition à l’escape game est la suivante: si des éléments d’une pièce sont mis en avant, alors ils doivent forcément servir à la résolution d’une énigme (sauf cas rares de faux indices, mais on le découvre assez rapidement car il n’y a dans ce cas aucune véritable logique). Avoir ce principe en tête est très puissant et permet d’avancer très vite (ce n’est pas pour rien que nous nous appelons « les Frères Tchekhov », nous adhérons totalement à ce principe!)

 

  • Une petite astuce enfin, pour gagner quelques secondes/minutes: le bruteforcing. Qu’est ce que c’est? C’est une méthode d’attaque d’un problème par la manière la plus simple et mécanique possible: tester toutes les combinaisons possibles pour craquer un code (c’est un no brainer: cela ne requiert aucune faculté intellectuelle, c’est tout bête). Par exemple: vous êtes face à un cadenas à 3 chiffres, et vous ne possédez que 2 d’entre eux. Si vous connaissez la position précise des 2 premiers chiffres, il ne vous reste que 10 combinaisons à tester pour ouvrir le cadenas, ce qui devrait vous prendre 10 secondes tout au plus pour tout tester. Inutile de bloquer et de chercher à tout prix le dernier chiffre qui peut être caché dans un endroit que vous avez mal fouillé par exemple. Si vous ne connaissez pas l’ordre des 2 chiffres connus, vous aurez une combinatoire plus grande et cela prendra un peu plus de temps mais c’est raisonnable.
    Cependant, cela se fera à vos risques et périls si vous tentez de bruteforcer des cadenas avec moins d’informations: moins vous connaissez de paramètres, plus vous perdrez de temps. Le bruteforcing est une activité qui requiert une personne à temps plein, temps au cours duquel vos coéquipiers ne pourront compter sur vous!
  • Le craquage d’un code avec un chiffre manquant est généralement accepté par les MJ, cela fait partie du jeu. On peut techniquement aller jusqu’à 2 chiffres manquants (100 combinaisons possibles), sans perdre trop de temps et passer à côté de l’expérience de la salle. Il est déconseillé de tenter plus, car c’est très chronophage.
  • De même, il est très fortement déconseillé de craquer un cadenas par la force (je ne détaillerai pas la méthode ici). C’est faisable sur les cadenas d’entrée de gamme, faible qualité (les enseignes optent de plus en plus pour des cadenas de meilleure facture pour éviter ces dérives). D’une part cela vous nuira dans l’avancée de la salle, car ne sachant pas quelle énigme était attribuée à ce cadenas, si vous tombez ensuite sur des éléments associés à la résolution de cette énigme, vous perdrez limite plus de temps à vous rendre compte que le code sur lequel vous bloquez servait à ouvrir ce cadenas. D’autre part, il faut savoir que les MJ considèrent leurs salles et leurs scénarii comme leurs enfants: ils s’attendent à ce que vous jouiez le jeu et résolvez les énigmes étape par étape, sans en griller une seule. Ils ont des yeux et des oreilles partout et épient vos moindres faits et gestes. Ils tolèrent le bruteforcing à un chiffre, en revanche, casser un cadenas par la force a tendance à les énerver et peut avoir diverses conséquences selon le MJ. Il peut décider de ne plus vous aider jusqu’à la fin de la partie si vous bloquez, jugeant que vous ne jouez pas le jeu, pourquoi le ferait-il? Il peut vous forcer à refermer le cadenas et trouver tous les éléments nécessaires pour trouver le code, et donc vous aurez perdu du temps pour rien, et il est même possible qu’il décide de ne pas homologuer votre chrono, notamment si vous sortez en un temps record. Ce serait dommage de passer à côté d’une belle expérience à cause d’une filouterie 😉
    Donc en résumé, oui nous vous conseillons de tenter le bruteforcing lorsqu’il ne vous manque pas grand chose, mais en aucun cas de tricher 😉

 

  • Et enfin, nous vous dévoilons en exclusivité notre plus grande arme secrète, celle qui nous permet de faire des temps monstrueux dans la joie et la bonne humeur (alors gardez cela pour vous svp): une bonne pinte de bière avant un escape, et 2 pintes après. A renouveler autant de fois qu’il y a d’escape games dans la journée (ca commence à piquer un peu quand il y en a 5, où lorsque le premier escape game est à 10h du matin, on parle en connaissance de cause…).
    C’est aussi simple que cela! Derrière ce rituel original se cache un message important: ne vous mettez pas la pression (sauf celle que vous buvez), soyez avec des gens que vous aimez et éclatez vous! Nous sommes des spécialistes du troll et on s’en amuse! Pour nous l’escape game est limite une excuse pour nous retrouver et passer un bon moment ensemble…
    On n’est pas là pour être ici.

 

  • Les Frères Tchekhov